© OTHB
Rencontres

en Pyrénées béarnaises

Lors de ma dernière venue en Pyrénées béarnaises pour un événement culinaire, je me suis retrouvé dans une cabane de berger traditionnelle, le défi qui m’a été lancé était de préparer un repas à partir des produits locaux cèpes, foie gras, lard paysan et légumes de pays.

Guy Krenzer Meilleur Ouvrier de France chez Le Nôtre Guy Krenzer (c)mathieu Cellard Guy Krenzer Meilleur Ouvrier de France chez Le Nôtre
Guy Krenzer

Double meilleur Ouvrier de France (catégorie charcutier-traiteur en 1988 et catégorie cuisine en 1996). Directeur de la Création Lenôtre, maestro de la plus grande brigade de France avec plus de 450 chefs. Barista torréfacteur à ses heures ! Un touche à tout de génie, un passionné qui cherche sans cesse à apprendre et sait partager. Shiatsu, ULM, voitures anciennes, un univers de sensations.

Je ne l'oublierai

jamais!

Inspiré par la bienveillance des propriétaires de la cabane de berger et leurs amis, nous avons préparé une soupe et différentes petites choses. Au-delà du partage tout le monde a pris le temps de m’aider comme dans une famille et les hôtes ont amené le pain, le vin de Jurançon le fromage de brebis des Pyrénées et la Gaîté aux parfums de montagne et liberté.

On m’a raconté l’histoire de la transhumance dans les Pyrénées, de ces troupeaux de brebis, vaches, chevaux conduits par les bergères et les bergers jusqu’aux estives. Parfois, c’est tout une famille qui s’installe pour l’été dans ces cabanes de montagne, au cœur des vallées d’Aspe et de Barétous. Il convient de souligner le travail des chiens, souvent des Border Collie, dressés par le berger pour l’aider et surveiller les troupeaux. On commence par le marquage des brebis, la pose des sonnailles et ce sont les habitants des vallées qui se mobilisent et prennent la route vers les sommets. La transhumance devient alors une fête, un moment de convivialité au cours duquel tout le monde est convié. Place aux fêtes pour célébrer cet important moment de pastoralisme comme à Lourdios-Ichère en juin, à  Aramits pour la Fête des Bergers en septembre ou encore à Oloron Sainte-Marie à la fin de l’été.

Au moment de quitter celle belle vallée des Pyrénées, mes hôtes se sont mis à chanter en béarnais. C’est les larmes aux yeux et sans me retourner, que je suis reparti sur un petit chemin de randonnées pour rejoindre Oloron Sainte-Marie. La simplicité et l’authenticité de ce moment en estive au cœur des Pyrénées resteront à jamais gravées dans ma mémoire.